Adieu Bernard…

Mon si cher Bernard. Voilà que tu nous quittes, sans prévenir, subitement, ce lundi 30 avril 2018, après 78 années d’une vie remplie d’énergie débordante, de convictions affirmées, d’engagements multiples et d’affection bienveillante partagée sans limites…

Tu auras été pour moi un ami, un soutien, une référence, un modèle, un père… Je n’ai pas eu le temps de te dire tout ce que tu représentais pour moi, tout ce que je te dois. Du jeune animateur scout, tout juste âgé de 17 ans, lorsque je t’ai rencontré, jusqu’au « dirigeant » associatif que je suis devenu, nos chemins de vie se sont croisés et entremêlés. Tu as toujours été là, présent, quand il fallait, dispensant conseils, attentions et encouragements. Tu as pris largement ta part dans l’aventure Loisirs Pluriel, aux côtés d’Olivier et de Geoffroy, en devenant le principal artisan de la seconde implantation, sur Saint-Brieuc, ouvrant ainsi la voie à l’essaimage de ce si beau et utile projet.

Si je devais retenir une chose de toi, c’est ta profonde confiance dans la jeunesse. Tu as été l’un des premiers et l’un des rares à croire dans notre capacité, tous jeunes que nous étions, Olivier, Sandra, Geoffroy et moi, à imaginer et rendre possible cette idée pourtant si simple et évidente de créer des lieux d’accueil ouverts aux enfants en situation de handicap, quelle que soit la nature de leur pathologie, dans un esprit de partage et de rencontre avec les enfants valides de leur âge. En mettant à notre disposition ton expérience de la vie associative, en nous apprenant les rouages de la négociation avec les pouvoirs publics, en nous invitant à nourrir nos projets de la réflexion intellectuelle qui donne sens à l’action, en nous poussant à dépasser nos limites et à savoir prendre des risques, en nous rappelant l’exigence de toujours donner la première place aux attentes et besoins des enfants et des familles, tu auras été notre maître à penser et à agir…

Plus encore, au-delà de toi, en mari et père aimant que tu étais, c’est par toute une famille que j’ai eu le sentiment d’être adopté, et par toute une famille que Loisirs Pluriel a été tant soutenu. Ta petite femme, Mamichelle, trésor de générosité et d’affection débordante, et douée d’un tempérament aussi déterminé que le tien, nécessaire pour partager ta vie pendant plus de 50 ans et qui rejoindra le Conseil Fédéral de Loisirs Pluriel pendant plusieurs années… Tes enfants, Geoffroy, joyeux compagnon des heures scoutes et pionnier des débuts de Loisirs Pluriel à Rennes et Saint-Brieuc, et Emmanuelle, qui a hérité de ta solidité, et qui prendra la présidence de l’association Loisirs Pluriel de Saint-Brieuc, formant un duo parfait avec Marie Lemoine alors directrice du centre briochin. Sans oublier, Jean-Mathieu, ton rayon de soleil de petit fils, qui, hasard de la vie, deviendra un fidèle « bénéficiaire » de Loisirs Pluriel, donnant ainsi encore plus de sens aux liens qui nous unissent.

La vie ne nous appartient pas… Voilà que tu t’en vas rejoindre ta fille aimée partie trop tôt, et tu laisses aujourd’hui un grand vide à la mesure de ce que tu as été et de ce que tu as donné. Qu’il nous soit donné de savoir puiser dans ce tu nous laisses comme héritage, c’est-à-dire la passion, l’engagement, la foi et la détermination, toute la force pour continuer le chemin que tu nous as aidé à tracer… Avec ma tendre et filiale affection…

Laurent

25 ans d’engagement auprès des enfants en situation de handicap et leur famille

C’était il y a un peu plus de 25 ans… En juillet 1992, nous lancions, avec Sandra et Olivier, cette petite association Loisirs Pluriel, avec une idée, toute simple, celle de permettre aux enfants en situation de handicap de partager leurs temps de jeux et de loisirs, le mercredi et les vacances, avec les autres enfants de leur âge.

Ce que nous ne mesurions et n’imaginions pas, à l’époque, c’est que, derrière ce projet si ordinaire, préexistait un besoin fondamental et peu évoqué : celui des familles, des parents d’enfants en situation de handicap, de pouvoir continuer à vivre une vie la plus ordinaire possible, de pouvoir offrir à leur enfant « handicapé » des espaces de vie, de rencontre, d’activités avec d’autres enfants, et de pouvoir disposer, comme tous les autres parents, de modes d’accueil, le mercredi et les vacances, pour continuer à travailler ou bénéficier de temps de répit…

Aujourd’hui, Loisirs Pluriel est devenu une fédération nationale, avec ses 22 lieux d’accueil en France et ses 13 destinations de séjours famille, mais qui reste, avant tout, une formidable aventure associative, au service d’une cause éminemment juste et profondément utile.

Sa réussite et son développement présentent, sans doute, un certain caractère d’exemplarité. Son évolution, son adaptation à la réalité, aux contraintes environnantes, aux évolutions sociétales, aux besoins des familles lui ont permis de résister, de durer, de se consolider. Tout cela est dû à la force, à la justesse et la pertinence de son intuition originelle, aux qualités humaines et professionnelles de toutes celles et ceux qui ont participé à sa construction, et aux nombreux soutiens publics ou privés dont bénéficie le réseau.

Rien ne me prédestinait à m’engager dans cette aventure, ni mon histoire familiale, ni mon orientation professionnelle. Simplement l’intuition d’une évidence, le sentiment d’une nécessité, la certitude d’un immense besoin, avec au cœur de cette démarche, la perception que dans notre pays des droits de l’homme, des parents se voient injustement privés de l’accès aux mêmes services que tous les autres parents en raison du handicap de leur enfant, la conviction que tout enfant, quelle que soit la nature de sa pathologie et la gravité de son handicap, non seulement aspire mais dispose de ce droit, si essentiel, d’exister,  jouer, vivre et grandir avec les autres enfants de son âge.

J’ai eu la chance et la responsabilité d’accompagner la genèse de ce projet, comme président, puis sa structuration et son développement, comme directeur, depuis 1997. Au cours de ces 25 années, j’ai découvert et appris, « sur le tas », sans prétention, avec mes qualités et mes défauts, le métier de directeur, dans toutes ses dimensions qu’elles soient stratégiques, économiques, managériales, opérationnelles et techniques.

Aujourd’hui, le temps est venu, pour moi, de tourner la page de cette belle aventure, qui aura occupé la moitié de ma vie professionnelle et personnelle.

Je ne m’en vais pas très loin, puisque j’ai accepté la responsabilité de conduire la Mission Nationale Accueils de Loisirs & Handicap, mise en place à l’initiative de la Caisse Nationale d’Allocations Familiales, et placée sous le haut-patronage du Défenseur des droits, Monsieur Jacques TOUBON.

C’est une nouvelle forme d’engagement, mais au service de la même cause. Cette mission s’annonce passionnante. Elle vise à faire entendre la voix des familles et leurs attentes si légitimes, à valoriser les lieux d’accueil qui s’engagent, à soutenir les nouvelles initiatives, à susciter de nouveaux projets et à formuler des propositions au Gouvernement et aux services de l’Etat pour que demain, ce droit si essentiel des enfants et des familles devienne une réalité plus forte et plus partagée…

Vous pouvez suivre l’actualité de cette Mission, sur le site internet www.mission-nationale.fr et rejoindre la page facebook https://www.facebook.com/missionnationale/

Au moment de quitter cette extraordinaire et singulière aventure qu’est Loisirs Pluriel, je veux remercier du fond du cœur, toutes celles et ceux qui se sont engagés pour la faire exister, la faire durer, la consolider et la développer. Je pense, bien entendu, aux plus de 120 perles rares, responsables de centre ou permanents de l’équipe fédérale, que j’ai eu la chance de recruter et de coordonner, au long de ces années. Je leur suis tant reconnaissant, ainsi qu’à leurs équipes d’animateurs et animatrices, pour leur engagement, leur énergie, leur bienveillance, leur sourire. Je pense, évidemment, à toutes les familles qui ont tant donné pour la création des 22 centres qui composent notre réseau et toutes celles qui, tout au long de l’année, partout au sein du réseau, ne comptent pas leur temps pour le faire connaître, mobiliser des fonds privés et faire de chacune des associations, un lieu où il fait bon vivre et être ensemble, tout simplement. Je pense aussi à tous les élus, techniciens et dirigeants des collectivités, des services de l’état ou des caisses d’allocations familiales, qui ont fait le choix de nous soutenir, alors que rien ne les y obligeait. J’ai souvent mesurer, combien, derrière les accords de subvention, existaient des hommes et des femmes de bonne volonté, pétris de convictions et de valeurs, sans lesquels notre projet n’aurait jamais pu exister et perdurer. Plus que des financeurs, ce sont des partenaires vivants de notre réseau et je veux les en remercier. Je pense, enfin, bien évidemment, à tous ces enfants que j’ai connus, accompagnés ou croisés. Ils m’ont appris, au travers de leur regard, de leur sourire, de leurs paroles lorsqu’elles s’expriment, l’essentiel le plus précieux d’une vie, à savoir exister dans la relation à l’autre, dans l’humble acceptation de ses fragilités. Leurs visages et leurs sourire continueront de m’accompagner, ils ont été mon énergie et le resteront. Et je ne peux oublier, ceux d’entre eux qui nous ont quitté trop tôt, Vincent, Méline, Paul, Raphaëlle, Emmanuelle, Tabata, Camille, et tous les autres qui ont rejoint le ciel, où ils forment ensemble, je l’imagine, notre petit centre Loisirs Pluriel du ciel.

Je veux aussi avoir une pensée toute particulière pour les tous proches. Olivier LE STANG, bien entendu, ami fidèle et acteur efficace des premiers jours jusqu’à aujourd’hui. Haude LE BIGOT, notre présidente toujours si présente et bienveillante depuis tant d’années. D’autres qui sont partis pour d’autres aventures, mais qui ont tant donné, Isabelle CHEVE, notre première permanente, directrice de Saint-Brieuc puis responsable administrative et fidèle collaboratrice à la fédération pendant plus de dix ans, Agathe SAUNIER qui a tant fait pour la construction d’une fédération efficace auprès des responsables de centre, Adeline LE PICARD, sans qui le réseau Passerelles ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui. Et puis évidemment, Sandra PETITEAU, co-fondatrice de Loisirs Pluriel dès le premier jour, collègue passionnée par l’accueil attentionné de chaque enfant en situation de handicap, mais aussi ma femme et la maman de nos quatre garçons, à qui je dois d’avoir pu consacrer tout ce temps pour sillonner les routes de France pour la bonne cause.

Tourner la page, c’est aussi, se remémorer l’histoire, les moments forts, mais aussi les périodes de difficultés, sans doute inévitables dans toute aventure humaine, avec leur lot d’ incertitudes, de choix difficiles, d’arbitrages, et leur lot d’incompréhensions, de ruptures parfois. Dans ces situations, les responsabilités sont, la plupart du temps, partagées, mais au moment de partir, on peut avoir tendance, ce qui est mon cas aujourd’hui, à analyser plus précisément les siennes, et s’en vouloir de ces moments plus sombres qui auraient pu être évités ou vécus différemment. Ces trois mots, « s’il te plait », « merci » et « pardon » sont les trois mots indispensables pour un directeur…

Je suis heureux de transmettre le flambeau à Chloé ROUX, qui prend ses fonctions de directrice du réseau Loisirs Pluriel, le 2 octobre prochain, et à qui j’adresse tous mes vœux de réussite et tout l’épanouissement que peut procurer la joie de conduire un réseau comme Loisirs Pluriel.

Ces derniers mois ont été bien occupés à préparer cette transition. Il reste encore quelques dossiers important, qui prennent du temps pour être bien transmis. Il y a aussi des transformations importantes à finaliser, puisqu’il a été décidé, de séparer juridiquement les activités de Loisirs Pluriel et du Réseau Passerelles, qui nécessite, au vu de son développement continu, une organisation propre et autonome, qui va se mettre en place, dans les toutes prochaines semaines.

Encore, merci, très sincèrement, à chacune et chacun d’entre vous pour tout ce que j’aurai appris et vécu à vos côtés. Loisirs Pluriel restera, à tout jamais, une expérience de vie intense, belle, utile et heureuse.

Bien sincèrement,

Laurent THOMAS